port de jakarta

Par hasard, je me suis retrouvé dans ici. J’avais qu’une seule pellicule. Je voulais tout photographier surtout ces hommes. Mais j’étais restreint. Il fallait faire des choix. Ce fut un moment féerique. Je retiens surtout le sourire de ses ouvriers, leurs générosités. En même temps il y avait ce décors: les coques des bateaux usées, le métal, les engins de chantier, le contraste était fort. A bord de la moto-taxis qui me ramena au centre-ville, j’avais déjà pris conscience d’avoir vécu un moment privilégier.